Annonce d'un tournoi

"Seigneurs chevaliers et écuyers, vous tous qui, parmi les délices de fortune, espérez la victoire par la trempe de vos armes, au nom de Dieu et de la Sainte Vierge, on vous fait savoir la très grande joute qui sera frappé et maintenue par le très haut et redouté seigneur dont vous voyez les armoiries, laquelle joute sera ouverte à tous venants, et prouesse y sera vendue et achetée au fer et à l'acier. Le premier jour on y combattra à trois coups de lance et à douze coups d'épées, le tout à cheval, et portant armes courtoises non effilées et mi-tranchantes. Il est défendu, comme à l'ordinaire, entre loyaux chevaliers, de férir le coursier de son adversaire, de frapper icelui au visage, de lui causer affolure de membres, et de courir sur après le cri de merci. Le prix, pour le mieux faisant, sera un plumail flottant au moindre souffle et un bracelet d'or émaillé, à la livrée du prince et du poids de soixante écus.

" Le second jour les tenants jouteront à pied et lance en arrêt. Après les lances, il y aura assaut à coups de hache et à la discrétion des juges du camp. Le prix du plus vaillant sera un rubis de cent écus et un cygne d'argent.

"Le troisième jour se verra castille et behours (vraie bataille). Le moitié des chevaliers combattra l'une contre l'autre. Les vainqueurs feront des prisonniers, qu'ils amèneront aux pieds des dames. Le prix sera une armure complète, et un palefroi avec sa houssure d'or.

" Vous donc qui désir avez de tournoyer, êtres tenus de vous rendre à (lieux) , quatre jours avant les joutes, pour exposer vos blasons aux palais, abbayes et autres édifices voisins des lices. Voici ce que vous annonce, en outre la royale ordonnance " (+ énnoncé des lois et ordonnances sur les tournois).

Retour